Actualités

Série de portraits des femmes de la YWCA

Vous souvenez-vous de ce que vous vouliez faire dans la vie quand vous aviez 7, 10, 13 ou 15 ans? Pour ma part, les personnes qui ont toujours été certaines de leur « destinée professionnelle » m’inspirent et m’impressionnent. Aujourd’hui, j’ai rencontré une de ces rares personnes. 

Intervenante au service post-hébergement de la YWCA à Québec, Alexandra est interpelée par son désir d’être en relation d’aide depuis qu’elle est toute jeune. C’est la coordonnatrice de la maison des jeunes qu’elle fréquentait à l’époque qui a joué un rôle majeur dans son choix de carrière : « Elle était toujours là pour m’écouter, elle m’a transmis de très belles valeurs et quand je m’asseyais avec les intervenants dans la salle, je savais que j’avais déjà trouvé ma place ». On ne la connaît pas personnellement ladite coordonnatrice, mais on la salue très certainement!

Au fils des ans - et n’ayant jamais douté quant à ses ambitions professionnelles- Alexe a entrepris des études en éducation spécialisée et s’est mise à la recherche d’un stage dans son domaine. C’est ainsi qu’elle a découvert la YWCA de Québec. En fait, le jour où elle a visité la Y avec sa professeure, elle a déclaré que c’est ici qu’elle ferait son stage, d’une manière ou d’une autre. Vous comprendrez qu’elle a non seulement fait son stage, mais qu’elle a également été engagée à la suite de celui-ci! 

À mon avis, la YWCA a de la chance d’avoir une intervenante comme Alexe pour aider les femmes en situation de vulnérabilité. Pour vrai, l’écouter parler de son boulot, c’est tellement inspirant. Concrètement, elle s’occupe d’outiller les femmes qui sortent du service d’hébergement de la Y et qui se dirigent vers un logement stable : elle les aide avec les papiers administratifs, le budget, la planification, les déplacements… toutes ces petites choses qui peuvent parfois sembler si lourdes. Pour elle, aider et donner à ces femmes est tout simplement sa manière de faire une petite différence dans la société.

Alexe croit que c’est dans les petits gestes que résident la différence ; qu’en prenant le temps de trouver des solutions adaptées avec les femmes dans le besoin, on les aide réellement à cheminer vers l’autonomisation. 

Si bien imagée, Alexe conçoit sa philosophie d’intervention comme une rencontre entre deux randonneurs ayant chacun un sac à dos bien rempli. Le sac d’Alexe est léger, empli de petits bonheurs et de solutions pratiques, tandis que celui des femmes en hébergement est parfois lourd de mauvais souvenirs et d’expériences douloureuses. Au moment de cette rencontre, Alexe leur propose de les soulager un peu du poids de leur sac et d’échanger de mauvais souvenirs pour de meilleurs, construits ensemble. 

Actualités des femmes

Toutes les actualités